C'est à vous de le dire !

Vous êtes lectrice, lecteur assidu(e) ou occasionnel(le), vous avez assisté à une rencontre organisée par les Nouvelles Hybrides, faites-nous part de vos impressions... Cette page est à vous.

 

Invitation au partage...

Pour moi, l’acte solitaire de lire est d’autant plus intéressant qu’il nous donne l’occasion de démêler nos perceptions, de préciser les échos éveillés en nous de nos lectures. Albert Jacquard disait qu’il écrivait pour comprendre et éclaircir ses propres pensées. La lecture partagées, pour moi, c’est un peu ça : l’occasion de mettre des mots sur les confuses clartés qui nous ont traversés lors de notre lecture et se frotter aux compréhensions des autres.

La littérature représente pour moi un dialogue permanent avec des gens qui ne pensent pas comme moi : les auteurs bien sûr, mais tout autant les lecteurs qui ne lisent jamais exactement le même livre que moi.

Il y a des livres qui ne font que de petites vagues dans notre imaginaire et dans nos réflexions, des livres qui ne lèvent que de petites émotions vite oubliées et il y a des lectures qui renouvellent le sang. Il y a des livres qui bousculent nos compréhensions et qui prennent une place dans nos vies au même titre que des réalités vécues.

 Sans doute est-il important dans le cours des études d’apprendre à observer comment un auteur s’y prend pour réussir son projet d’écriture mais il est important aussi qu’un lecteur de livre se donne tous les droits de comprendre ce qu’il comprend et de ressentir ce qu’il ressent. L’auteur suit les traces de sa propre vie, nous suivons les traces de la nôtre et le point de rencontre ne se situe jamais au même point si bien que quand on relit un livre on en découvre le plus souvent un nouveau.

C’est cette expérience singulière que je vous invite à partager.

 Lorsque je repense aux auteurs invités, il y en a un qui vient au premier plan dans ma mémoire : Stéphane Michaka. Peut-être parce que j’ai eu le même plaisir à le lire et à l’entendre, le même plaisir à l’entendre parler de ses propres livres que d’assister à la présentation, par lui, d’autres auteurs, peut-être parce que son expérience d’auteur et de réalisateur de pièces radiophoniques révélait comme un lien naturel entre l’expression littéraire et l’expression musicale.

Peut-être parce que plus que d’autres, il a poussé l’analyse des influences qui ont fait de lui l’auteur qu’il est devenu et dès lors, ses interventions nous faisaient côtoyer toute une famille d’auteurs, les uns américains comme les auteurs de polars, les autres cosmopolites comme Conrad et son écriture douée de cette forte expressivité qui attire tant Michaka, le monde fantastique qu’il décrit derrière lequel se révèlent des pans entiers de réalité.

Je me disais en l’écoutant que j’aurais bien aimé de telles présentations des œuvres littéraires lorsque j’étais au lycée. Quelques liens entre le monde que je découvrais autour de moi et ce que nous racontaient les extraits de livres abordés en classe. J’aurais sans doute mis moins de temps qu’il ne m’en a fallu pour me rendre compte que la littérature et la vie coulaient dans le même sens.

A vous de poursuivre ce partage comme vous le souhaitez.

Serge