Jean-Christophe Bailly

« La pensivité des animaux, ou du moins ce que je cherche ainsi à désigner et à atteindre, n’est ni un divertissement ni une curiosité : ce qu’elle établit c’est que le monde où nous vivons est regardé par d’autres êtres, c’est qu’il y a un partage du visible entre les créatures et qu’une politique, à partir de là pourrait être inventée, s’il n’est pas trop tard. »
Jean-Christophe Bailly, Le Versant animal (Bayard)

Rencontre avec l'auteur

« Comment présenter Jean-Christophe Bailly, écrivain qui n’écrit pas de romans, philosophe qui ne se veut pas philosophe, historien qui ne goûte guère les chronologies et les ambiguïtés des “devoirs de mémoire”, historien de l’art qui aime l’art dans l’instant, penseur politique (de la nature, de l’animalité, de la ville, du territoire) interrogeant la politique en retrait de
tout pouvoir, romantique affirmé mais sans concession pour l’imagerie et le pathos, en bref l’inassignable fait homme ? ». (Vacarme.org).
Entretien mené par Thierry Guichard

Jeudi 31 Mai 2018  - Bibliothèque de Vaugines  - 19h00
Entrée libre

Et aussi…

"Animal pensivité"

Film réalisé par Christine Baudillon, 2016 (90mn)

Ce film a été tourné après que sa réalisatrice ait découvert le terme de « pensivité », révélé par Jean-Christophe Bailly pour qui la question animale est centrale. Au cours des saisons, des animaux familiers et sauvages nous regardent. Immergés au coeur de leur « espace-temps » ouvert au monde, ils nous adressent leurs pensées, leurs êtres-là, vivants et vacants. Face à leurs profonds regards, de quoi faisons-nous l’expérience ?

A l'issue de la projection, Jean-Christophe Bailly et Christine Baudillon dialoguent en public, avec la complicité de Thierry Guichard.

Vendredi 01 Juin 2018  - Médiathèque Les Carmes à Pertuis  - 19h00
Entrée libre

Christine Baudillon, réalisatrice, a étudié à l’École Supérieure des Beaux-Arts de Marseille où elle pratique surtout la photographie. Aux côtés de François Lagarde, elle fonde la maison d’édition Hors oeil. De sa rencontre avec Philippe Lacoue-Labarthe (essayiste, écrivain, philosophe) naîtront deux films qu’elle co-réalise avec François Lagarde. Elle a aussi consacré plusieurs films à des musiciens ancrés dans l’improvisation libre dont le dernier en date Les Mains bleues, un portrait du guitariste et harmoniciste Raymond Boni.