Philippe Pujol

Philippe Pujol a reçu le Prix Albert-Londres en 2014 pour ses articles Quartiers shit parus dans le quotidien régional La Marseillaise. Promu alors grand reporter, il n’a pourtant jamais baroudé qu’à Marseille, sa ville d’origine. Il y enquête depuis 2004 sur la délinquance, la misère, la drogue et décortique en observateur pointilleux comment s’articulent trafics, corruption, économie de survie, clientélisme…

Rencontre avec Philippe Pujol

Philippe Pujol, évoque son dernier livre paru Mon cousin le fasciste, et plus largement la singularité de son travail documentaire et journalistique, au plus près des hommes. Avec la complicité ]de la sociologue Claire Duport, qui enquête depuis 2008 sur les usages et trafics de drogue.

« En octobre 2010, le Front National dans une stratégie de “normalisation” idéologique écarte plusieurs militants proches des courants les plus extrémistes qui traversent le parti. Parmi eux, Yvan Benedetti […]. Cet homme, représentant d’une frange fasciste affirmée gommée par l’opération de communication du Front National, n’est autre que le cousin germain du journaliste prix Albert Londres, Philippe Pujol. […] Il dresse le portrait de son double en négatif et tente au-delà des caricatures de dépeindre un fascisme plus contemporain qu’il n’y paraît. […] Philippe Pujol sonde l’âme rance et familière d’une idéologie française. »

Vendredi 13 Octobre 2017  - Bibliothèque d'Ansouis  - 19h00
Entrée libre

Claire Duport, sociologue, enquête sur les trafics et les usages de drogues depuis 2008. Elle est co-auteur de Sociologie de Marseille (La Découverte, 2015).