Bernard Magnier

Conçues en complicité avec Bernard Magnier, les rencontres "Venir d'ailleurs, écrire en français" interrogent les traces laissées dans la littérature française par les écrivains « venus d’ailleurs ».

Table ronde

Avec Laura Alcoba, Velibor Čolič, Lenka Horňáková-Civade animée par Bernard Magnier, ponctuée de lectures par Pauline Huruguen et Jean-Marc Fort.

Ils sont nés en Amérique Latine, en Moravie ou en Bosnie, par choix ou par nécessité, ils vivent en France et ont choisi d’écrire en français. En quoi cette « nouvelle » langue est-elle un espace de liberté ? En quittant sa langue maternelle, est-on « en exil dans l’exil » ? Comment leurs voix participent-elles à la vivacité de la création littéraire contemporaine ?

Samedi 07 Avril 2018  - Bibliothèque d'Ansouis  - 20h00
Entrée libre

Laura Alcoba a vécu en Argentine jusqu’à l’âge de 10 ans . Elle est l’auteure de Manèges, petite histoire argentine, roman traduit dans de nombreux pays, Jardin blancLes Passagers de l’Anna C., Le Bleu des abeilles et La Danse de l’araignée(Gallimard). Ses livres évoquent son enfance marquée par la dictature, l’histoire de ses parents partis rejoindre Che Guevara, son exil en France…

Né en 1964 en Bosnie, Velibor Čolič, journaliste et critique musical, est enrôlé dans l’armée bosniaque. Il déserte en 1992 et est fait prisonnier avant de réussir à s’enfuir et à trouver refuge en France. Velibor Čolič s’attache à combattre, par la littérature, le désarroi extrême de ceux qui ont vu abolir toute humanité en l’homme. Auteur de plusieurs romans en serbo-croate, Manuel d’exil est son cinquième roman écrit en français. 

Lenka Horňáková-Civade est peintre et écrivaine, née en République Tchèque. En 2016, elle publie son premier roman Giboulées de soleil, récompensé par le prix Renaudot des lycéens. Ecrit en français, l'auteur y  relate l’histoire d’une lignée de femmes en Tchécoslovaquie de 1930 à 1980. 

Et aussi…

Conférence de Bernard Magnier

Depuis longtemps, des écrivains nés à l’étranger sont venus enrichir les lettres françaises, de la Comtesse de Ségur à Cioran, Beckett ou Ionesco. Certains, nés ailleurs, ont gardé la trace de cette naissance dans leurs oeuvres (Camus, Duras). D’autres ont choisi le français après avoir écrit dans une autre langue (Milan Kundera, Jorge Semprun, etc.). Aujourd’hui, des écrivains s’expriment à leur tour dans la langue qu’ils ont reçue en héritage de l’Histoire… Cette conférence propose d’en suivre les traces dans les œuvres et d’évoquer la relation pragmatique, amoureuse, conflictuelle, passionnée, de ces écrivains « venus d’ailleurs » avec la langue française.

Samedi 07 Avril 2018  - Bibliothèque d'Ansouis  - 18h00
Entrée libre